Les tortues du CVSYC 2017-10-26T18:35:14+00:00
 

2009

Étude sur les tortues géographiques

Un petit mot pour vous résumer les efforts de travail effectué par notre équipe de rétablissement et de notre stagiaire à la marina de Senneville durant la saison 2009. Les données ne sont pas toutes compilées, mais voici un bref aperçu des résultats obtenus et des prochains objectifs.

Le suivi télémétrique a été fait sur un total de 30 individus, dont 22 femelles et 8 mâles. Il y avait 26 individus dans le secteur Est du Lac des Deux Montagnes et 4 dans le secteur de Vaudreuil. Le suivi à été fait à partir de juin et s’est poursuivi jusqu’à la fin octobre ou début novembre 2009. De juin à août, les individus étaient localisés environ 2 fois par semaine. En moyenne, il y a 38 localisations par individu.

Le déplacement total pour une tortue varie de 2 à 38 km. La dispersion est impressionnante pour certains individus, qui sont allés dans la rivière des Mille-Îles, Hudson ou au lac Saint-Louis.

En ce qui a trait au suivi des sites de pontes, un total de 115 nids prédatés et 184 faux nids ont été observés. Seulement à la marina de Senneville, il y a eu 73 nids prédatés et 109 faux nids. À la Marina de Senneville, des grillages de protection ont été installés sur quatre nids et conservés durant l’hiver afin de vérifier s’il y a eu véritablement éclosion des oeufs dans les nids. Ces nids seront examinés au printemps 2010.

Concernant les possibilités d’aménagement de l’habitat (site de ponte alternatif à la marina de Senneville), une petite île a été repérée au nord de l’île Girwood. Des tortues sont présentes dans ce secteur et des aménagements pourraient être réalisés.

L’équipe a convenu de poursuivre les travaux d’acquisition de connaissances au lac des Deux Montagnes en 2010-11. Le projet visera prioritairement à compléter les travaux pour les secteurs centre et ouest du Lac. La poursuite du suivi télémétrique dans le secteur est sera inclus dans les demandes de financement.

Denis Fournier

Technicien aménagement de la faune

2010

Monsieur Tortue en fonction le 6 juin

Je me présente, Hugo-Paul Lamoureux, étudiant en techniques de Bioécologie au cégep de Saint-Laurent. Je suis employé par la ville de Montréal pour faire le suivi de la ponte des tortues géographiques et vous risquez donc de me croiser à la marina durant tout le long du mois de juin. Mon travail consiste à dénombrer les tortues, ainsi qu’à protéger les nids des femelles contre la prédation. Pour les membres voulant contribuer au projet, des grillages et des pieux servant à recouvrir les nids ont été mis à votre disposition sous le balcon du bâtiment d’acceuil. Pour savoir de quelle façon placer les grillages, vous n’avez qu’à consulter le schéma ci-dessous ou tout simplement venir me voir pour de plus amples informations.

Au plaisir de vous rencontrer.

Hugo-Paul

Semaine du 06 au 10 juin

Après la première semaine du suivi, nous avons en tout 5 nids de tortues grillagés, marqués par des rubans. Nous avons aussi pu observer 3 nouveau-nés, prouvant ainsi que l’expérience des nids grillagés fut un succès l’an dernier. Les premières observations de tortues creusant leurs nids furent faites le mercredi 08 juin. Le gros de la ponte devrait bientôt commencé, mais pour l’instant 1 seul nid fut prédaté, laissant croire que seuls 6 nids ont été pondus depuis le début de la ponte.

Semaine du 13 au 17 juin

Après la deuxième semaine de suivi, nous sommes rendus à 21 nids de tortues géographiques de protégés. Je continue à voir des nouveaux-nés et seulement 4 nids ont été prédatés. 2 de ces nids ont par contre été déterrés par d’autres tortues… Néanmoins, j’ai observé mon premier raton laveur sur la jetée ce vendredi, tout juste avant de partir à la maison. De plus, avec l’aide de certains membres, j’ai pu ôter un des émetteurs non fonctionnels qui restait sur une tortue. Cependant, j’ai vu une deuxième tortue qui en possédait un ; alors si un de vous la voit sur la jetée (l’émetteur est sur le devant de la carapace, juste au-dessus de la tête) s’il vous plaît me l’apporter ou me dire que vous l’avez aperçu.

Merci pour votre collaboration!

Semaine du 20 juin au 26 juin

À la fin de la semaine, 27 nids étaient grillagés, mais un de ceux-ci fût attaqué par des prédateurs au courant de la semaine. On peut aussi remarquer que le nombre de tortues sur la jetée, se faisant chauffer ou creusant leur nid, a considérablement diminué. En effet, le pic de la ponte est passé et il ne reste qu’à quelques retardataires à pondre. Malheureusement, lundi après midi, sur les 26 nids grillagés, 7 nids avaient été attaqués par des prédateurs.

2011

RAPPORT ANNUEL SUR NOS TORTUES

RÉSUMÉ

SUIVI DU SITE DE PONTE DE LA TORTUE GÉOGRAPHIQUE

CLUB DE VOILE DE SENNEVILLE – 2011

ADRESSE :

Personne ressource : Monsieur Réal Lebeau

Club de Voile Senneville

B.P. 6, Succursale S.A.B.

Ste-Anne-de-Bellevue

Québec   H9X 3L4

Hugo-Paul Lamoureux, étudiant en technique de Bioécologie

Employé pour la période du 6 juin au 5 juillet 2011

Coordonnateur : Denis Fournier, direction des grands parcs, ville de Montréal.

Objectifs :

Ce projet vise à acquérir des connaissances sur l’utilisation du site de ponte pour la tortue géographique du club de voile de Senneville. Les données récoltées serviront à établir des mesures de protection concrètes en délimitant les aires de ponte, en protégeant plusieurs nids de tortue contre la prédation et en sensibilisant la population humaine environnante à la protection de ces habitats essentiels. Nous voulons aussi connaître le pourcentage de nids éclos avec des tortues vivantes qui hivernent durant l’hiver.

 Méthodes :

L’effort d’observation a été concentré à la plage horaire de soirée, entre 16 h et 23 h qui correspond à une période d’activité importante de la journée chez la tortue géographique au club de voile de Senneville.

Pour chacune des 19 zones, un dénombrement des tortues géographique a été effectué de façon journalière à chaque deux heures.

Sur chacun des nids de tortues, nous avons procédé à l’application de deux grillages superposés faits de matériaux de type plastic avec des mailles de 5 cm encrés avec des tiges métalliques. L’un des grillages superposés a été enlevé dans la première semaine du mois d’août pour permettre l’émergence des jeunes tortues le cas échéant, l’autre grillage est resté ancré au sol dans le but de permettre la localisation précise des nids sur la jetée et de suivre le succès d’éclosion.

Les membres du club de voile de Senneville ont été informés des observations et activités de protection de façon hebdomadaire via le babillard de leur site web. Merci de la collaboration du webmaster, François Trottier du CVSYC. (http://cvsyc.com/index.php?id=article&idPage=22).

Activité de terrain :

Période du 1er juin au 5 juillet.

Une présence journalière on totalisé 133 heures d’observation concentrée en soirée de journées ensoleillées. Les efforts d’observation ont permis un dénombrement maximal de 98 tortues géographique le 10 juin 2011 comparativement à 47 pour la même période en 2010. L’activité de ponte des tortues géographiques a débuté le 8 juin, soit la même date de la première ponte en 2010.

La période d’activité de ponte s’est intensifiée dans la semaine du 13 juin et se manifestait principalement entre 17 h et 21 h. Malgré les deux grillages superposés installés, nous avons observé que le raton laveur réussissait à dérober les premiers œufs en creusant à travers les mailles, nous devons donc revoir le type de grillage afin de réduire la prédation. L’activité de ponte a commencé à diminuer durant la dernière semaine du mois de juin. La période de ponte s’est étalée jusqu’à la mi-juillet (Réal Lebeau, communication personnelle).

Résultats succincts :

  • 133 heures d’observation
  • Un dénombrement maximum de 98 tortues géographiques le 8 juin.
  • Un ratio mâle/juvénile femelle de 25% – 75%
  • Un dénombrement total de 130 nids
  • 7 nids grillagés prédatés
  • 19 nids grillagés et protégés et 111 prédatés).
  • Première observation en quatre ans de 4 bébés tortues (± 1 an) dans le secteur
  • Émetteur de la tortue #26 a été enlevé.

Observations durant le projet :

  • Heure du début de la ponte la plus tardive 20h30
  • Temps moyen du processus de ponte entre 60 et 90 minutes
  • Aucune activité de ponte n’est survenue au-delà de 21 h le soir (2008).
  • Certaines tortues ont creusé leurs nids dans des nids existants dans la jetée causant la mortalité des œufs d’une autre ponte (observé chaque année).
  • Malgré les orages violents, les tortues creusent tout de même leurs nids
  • La circulation occasionnée par le va-et-vient sur la jetée semble influencer le comportement de lézardage de la tortue, mais ne démontre pas avoir un effet négatif sur l’activité de ponte.
  • Nous pensons que les ratons laveurs associent le grillage de plastic à un nid de tortue, des tests devront être faits avec de faux nids grillagés afin de vérifier cette hypothèse.
  • Un renard a été observé sur la jetée

Réflexion sur les solutions et le suivi du projet :

Agent de sécurité accompagné d’un chien patrouillant la nuit sur la jetée pendant la période intensive de ponte (4 semaines) pour effaroucher les ratons laveurs et assurant du même coup la sécurité du site. Cette formule devrait être bien reçue de la part du conseil d’administration du club de voile de Senneville.

L’observation pour la première fois en quatre ans de jeunes tortues de ± 1 an est encourageante. Il semble que la protection des nids porte fruit.

Nous sommes en présence du plus important rassemblement de tortue géographique en période de ponte dans le secteur du Lac des Deux Montagnes. Celui-ci subit une forte pression de prédation de nid par le raton laveur. Il semble que le site de ponte soit restreint en superficie pour le nombre de femelles qui veulent y pondre. Aucune blessure occasionnée par les hélices de moteur à bateau n’a été observée sur les carapaces de tortues en 2011.

Denis Fournier

Comité de rétablissement de la tortue géographique

2012

Mme Tortue présente du 29 mai au début juillet 2012

Bonjour, je vous écris ce petit message afin de me présenter en tant que la nouvelle Mme Tortue. Je me nomme Josianne Ruest et je suis la stagiaire en technique de bioécologie du cégep de Saint-Laurent qui s’occupera du suivi de la ponte des tortues géographiques, à la demande de la division des grands parcs de la ville de Montréal, pour cette année. Comme quelque uns d’entre vous l’on remarqué et comme vous le remarquerez durant les cinq prochaines semaines, je serais présente discrètement du lundi au vendredi d’environ 13h30 a 20h30, exceptionnellement je pourrais me présenter la fin de semaine ou en dehors des heures énumérés ci-haut si cela est nécessaire. Je suis bien heureuse d’avoir déjà rencontré plusieurs d’entre vous durant la dernière semaine et je m’excuse d’avance si je ne me souviens pas des noms de chacun, j’ai une petite mémoire avec les noms.

Durant ces cinq semaines, je dénombrerai les tortues géographiques se retrouvant aux alentours du Club de voile de Senneville et je protégerai aussi, les nids des femelles contre les prédateurs en installant un grillage. Cette année le type de grillage utilisé n’est pas comme les autres années, car nous croyons que les prédateurs comme les ratons laveurs ont associé le grillage anciennement utilisé aux nids de tortues. Nous utiliserons donc un grillage à poule en métal avec des mailles plus petites, évidemment pour éviter que quelqu’un se blesse sans voir le grillage, nous allons poser des rubans marqueurs bleu aux extrémités de ceux-ci. Je dénombrerai aussi les faux nids effectués par les femelles, les faux nids sont des trous d’une dizaine de centimètres dans le sol ou dans le gravier effectué par la femelle dans le but de pondre mais qu’elle n’utilise finalement pas, sans doute car le trou n’a pas les caractéristiques qu’elle recherche pour l’incubation de ces œufs. S’il est possible, je vous demanderai de ne pas refermer ces trous si vous en observez puisque je dois les compter, je les refermerais une fois le décompte de la journée effectué.

De plus, si jamais vous apercevez quelconques prédateurs (raton laveurs, renard, …), d’autres espèces de tortues ou d’autres informations qui pourrait concerner mon travail, cela serait très gentil et appréciez si vous pourriez m’en faire part de vive voix ou par ce blogue.

Cette semaine, du 29 mai au 01 juin 2012, la journée où il y a eu le plus de tortues décomptées est jeudi, le 31 mai, avec un total de 56 dont 39 femelles et 17 mâles/juvéniles. Les mâles et juvéniles sont comptés dans la même catégorie puisqu’il n’est pas possible de les différenciés sans être assez proche. Aucune présence de nouveaux nés n’a été notée cette semaine. Également, il n’y a pas beaucoup eux de tortues présentes au-delà de 19h cette semaine, surement que la température n’a pas été assez élevée. Au sujet des nids, aucun n’a été grillagé cette semaine. Par contre, il reste quelques nids grillagés de l’année précédente puisque nous aimerions voir quand les jeunes, qui ont éclos à l’automne et qui ont hiberné toute l’hiver, vont sortir du sol. La présence de 14 faux nids a été observée durant cette semaine ainsi que 5 nids prédatés dont un de ces derniers était sous grillage depuis l’an dernier. De plus, 6 œufs ont été retrouvés à l’air libre près de l’eau, sous la ligne des hautes eaux, vendredi dernier. Nous ne savons pas encore s’il s’agit d’œufs de tortues géographiques ou de tortues peintes puisque les œufs ont une teinte rosée et puisqu’il semblerait que plusieurs d’entre vous auraient aperçu cette dernière espèce, ce qui est très probable. Nous déterminerons l’origine de ces œufs la semaine prochaine. Mais ce qui ne fait aucun doute, c’est que la tortue qui les a pondu a probablement été surpris par un prédateur et que celui-ci l’a été, lui-même, par après puisque les œufs n’ont pas été mangés.

À chaque semaine je vous ferez part, en gros, des résultats obtenus de mon travail, comme au paragraphe précédant. De plus, pour ceux et celles qui voudrait en savoir plus sur la tortue géographique et sur sa situation au Québec, je vous prépare un résumé des informations concernant cette magnifique espèce de tortue. Ce résumé sera probablement publié intégralement la semaine prochaine, sinon je vous publierais peut-être à chaque semaine une partie de ce résumé.

Merci beaucoup à vous tous pour votre collaboration et n’oubliez pas que vous êtes choyer car vous avez une des plus grandes populations de tortues géographiques du Québec qui vient pondre chez vous ! 😛

Au plaisir de vous revoir!

Josianne Ruest alias Mme. Tortue

Stagiaire en technique de bioécologie supervisée par M. Denis Fournier, technicien en aménagement de la faune pour les grands parcs de la ville de Montréal.

Pour me contacter autrement je vous laisse mon e-mail : josianne.ruest@hotmail.com

Semaine du 04 juin au 08 juin 2012

Les tortues ont commencé a pondre !

La semaine précédente, 6 nids ont été grillagé dont trois ont été prédatés. Le grillage utilisé au début de la semaine pour les trois premiers nids grillagés étant du grillage de type grillage à poule, mais on s’est vite aperçu que les prédateurs, surement des ratons laveur, passaient leurs fines pattes à travers les mailles, puisque deux de ces trois nids ont malheureusement été prédatés. Nous avons donc changé le type de grillage pour un grillage en plastique avec de beaucoup plus petites mailles. Cela fonctionne bien pour la plupart des nids grillagés, il n’y en a seulement qu’un qui a été prédaté et cela car le prédateur a creusé a coté du grillage jusqu’à atteindre les œufs et il a réussi à briser des mailles du nouveau grillage. C’est pourquoi cette semaine, nous avons changé les grillages pour des grillages de petites mailles en métal, beaucoup moins souples et plus résistants.

Pour ce qui est de notre magnifique population de tortues géographiques, la journée où il y en a eu le plus la semaine dernière au club est mercredi le 06 juin, effectivement, 78 femelles ainsi que 35 mâles et /ou juvéniles se sont montrés le bout du nez durant cette belle journée ensoleillée, pour un grand total de 113 tortues géographiques.

Ce n’est pas encore certain que le pic de pontes fut atteint cette semaine, par contre le nombre de faux nids a énormément augmenté passant de 14 faux nids la première semaine à 231 la semaine dernière. Sans oublier qu’il y a eux 20 nids prédatés donc 4 fois plus que la semaine dernière. D’ailleurs, je tiens à remercier Martine qui a fait fuir un raton laveur qui s’en prenait à un nid dans les buissons après le deuxième quai, tout proche de son voilier. Malheureusement le nid a été dévasté, même si le raton n’a pas mangé tous les œufs, il les a tous ouvert en les sortants du nid. Mais c’est une découverte fantastique quand même, puisque l’on peut maintenant confirmer qu’il y a bel et bien au moins encore un raton qui prédate la progéniture de nos amis. De plus, le raton a été aperçu lorsqu’il faisait encore jour, vers 20h30, ce qui démontre qu’il n’attend pas la noirceur pour venir et qu’il n’a pas peur de nous.

Cette dernière semaine, j’ai essayé d’enlever un émetteur restant à une tortue, hélas sans succès puisque celui-ci ne se dévisse pas très bien et puisque je n’avais pas les outils nécessaires, je n’avais seulement qu’un canif multi outils donc je l’ai laissé en liberté. Cependant, Denis m’a informé que cette tortue serait la dernière a encore avoir un émetteur et qu’il serait préférable de le lui enlever, puisqu’en grandissant celui-ci pourrait endommager sa carapace, ou même la casser. Donc, si jamais vous l’apercevez sur la jetée et que nous sommes présents, s’il vous plaît venez nous avertir.

 

Informations générales sur les tortues géographiques 

Description et espèces semblables

Tout d’abord pourquoi la tortue géographique s’appelle telle comme cela? La tortue géographique ne s’appelle pas comme cela par hasard, elle porte ce nom puisque sur sa carapace il y a des motifs ressemblant aux courbes de niveau des cartes topographiques. La tortue géographique ressemble à une autre espèce de tortues qui aurait été aperçue au club, la tortue peinte, cependant cette dernière n’a pas ces magnifiques motifs sur sa carapace. De plus, la tortue peinte a le corps parsemé de lignes rouges et jaunes tandis que la tortue géographique a le corps rayé de lignes jaunes. La tortue à oreilles rouges que l’on retrouve en animalerie originaire du sud-est des États-Unis lui ressemble aussi mais celle-ci n’a pas des motifs aussi complexes sur sa carapace et détient une tache rouge ou orangée derrière l’œil.

Sur ces photos, en ordre, on voit une tortue géographique, une tortue peinte ainsi qu’une tortue à oreilles rouges, voyez la différence.

 

geographique1_1

Tortue géographique

 

tortue_peinte

 

 

Tortue peinte

 

tortue oreille rouge

Tortue à oreilles rouges

 

La tortue géographique présente un dimorphisme sexuel évident, la carapace du mâle ne dépassant pas plus de 17 cm, il est beaucoup plus petit que la femelle qui peut atteindre 27 cm. De plus, le mâle a la queue plus large et l’ouverture de son cloaque se retrouve derrière la marge de la dossière, ce qui est tout le contraire pour les femelles. Ces dernières ont par contre la tête plus large. Pour ce qui est des juvéniles, ils ressemblent beaucoup aux mâles adultes. Les motifs de la carapace de ceux-ci sont beaucoup plus visibles.

 

 

La reproduction de la tortue géographique

C’est au printemps surtout, mais parfois à l’automne que l’accouplement chez la tortue géographique a lieu et comme vous le savez tous déjà, c’est en juin que la ponte se produit normalement. Les tortues géographiques se font un nid creusé pour pondre dans un sol de type mou, sableux ou graveleux comme ici au Club de voile de Senneville. Habituellement, ce nid est situé près de l’eau, mais tout de même à au moins un mètre au-dessus du niveau des hautes eaux. Ici, au club de voile de Senneville, le niveau de l’eau cette année est très bas à comparer aux années précédentes et ils arrivent que beaucoup de nos amis pondent sous le niveau des hautes eaux. Ceci est très inapproprié, mais nous ne sommes pas dans la tête des tortues malheureusement. C’est inadéquat car les œufs pondus sous le niveau des hautes eaux ne respirent plus, ils sont inondés donc il y a des risques qu’ils pourrissent ou qu’ils ne se rendent pas à terme.

Les œufs des tortues géographiques sont blancs ou rosés si frais pondus, ils ont une forme un peu ovale et font environ 3,4 cm de long ainsi que 2,2 cm de large. Les œufs pondus en juin vont éclore en automne sous la terre mais les nouveau-nés, gros comme une pièce de deux dollars environ, ne sortiront de terre qu’au printemps suivant. Le sexe des nouveau-nés dépend de la température à laquelle ils ont été incubés lorsqu’ils étaient encore simplement que des œufs. Effectivement, les œufs deviennent des tortues mâles lorsqu’ils sont incubés à environ 25°C tandis qu’à 30°C, ils deviennent des femelles.

 

 

D’autres informations ont été tirées de rapports sur la tortue géographique, toutes les références complètes seront citées à la dernière semaine, pour l’instant ce livre résume bien la tortue géographique et les autres espèces d’amphibiens et reptiles, si vous en êtes intéressée.

La ponte diminue tranquillement!

Cette semaine-ci, j’ai vraiment réalisé que le pic de pontes a vraiment été environ du 7 au 11 juin 2012, donc durant 3 jours de semaines où j’étais présente mais aussi durant cette superbe fin de semaine que nous avons eu, où malheureusement je n’étais pas présente. Il y a donc eu beaucoup de nids prédatés durant ces deux jours là. Cependant, il reste quand même quelques tortues qui ne tarderont pas à pondre bientôt. Cette semaine, nous avons quand même battu des records avec 356 faux nids recensés, 57 prédatés ainsi que 9 nids grillagés. C’est deux fois plus de nids prédatés que la semaine dernière, où il y en avait que 20, mais il y a aussi eu presque deux fois plus de nids grillagés.

Le grillage utilisé à présent semble être très efficace, un seul nid grillagé a été prédaté, le prédateur a réussi à creuser sur le coté du grillage et a atteint les œufs en profondeur, il manquait probablement de piquets sur ce nids puisqu’à certains endroits il n’est pas évident de les planter dans le sol rocailleux. Il a aussi été possible de remarquer que le raton ou le prédateur quelconque a essayé sur plusieurs autres nids d’effectuer la même tactique puisque j’ai dû rajouter des piquets à quelques nids étant donné qu’ils avaient été creusé sur les coté.

Il y a beaucoup moins de tortues depuis 2 semaines, la journée où il y a eu le plus de tortues durant cette semaine est lundi, le 11 juin 2012, vers 13h30. Cette journée semble être été la dernière journée du pic de pontes. Effectivement, il y a eu un total de 76 tortues géographiques au club cette journée là, dont 69 femelles, 5 mâles/juvéniles ainsi que 2 juvéniles. Après cette journée, le nombre de tortues a continué de diminuer.

Cette semaine, une grosse tortue serpentine nous a rendu visite, soit le 11 et le 12 juin. Elle cherchait aussi un endroit afin de pondre comme ces congénères. Cependant, cette dernière n’est pas tout à fait comme nos magnifiques tortues géographiques. Effectivement, les tortues serpentines sont beaucoup plus agressives que les géographiques, il ne faut guère lui toucher. Elle peut s’allonger le cou très loin pour aller mordre avec ses gencives coupantes comme un rasoir. De plus, à la grandeur qu’elle a, il n’est pas impossible qu’elle puisse couper un doigt complet. Donc, s’il vous plait soyez prudent si vous l’apercevez et avertissez les enfants de ne pas la toucher. Mais ne vous en faite pas si vous ne tentez pas d’y toucher, vous pouvez sans aucun risque passer à coté d’elle.

De plus, nous n’avons toujours pas réussi à enlever l’émetteur de la dernière tortue qui le porte. Cependant, je crois qu’elle doit déjà avoir pondu, ce sera donc remis à l’année prochaine. Si vous l’apercevez, il serait tout de même préférable de nous le divulguez.

Donc, le bilan jusqu’à date compte 11 nids grillagés, ce qui donne au minimum 110 œufs de protégés puisque la tortues géographiques ponds entre 10 et 16 œufs.

La fin de la ponte arrive à grands pas et mon départ aussi !

Semaine du 18 juin au 22 juin 2012

Durant cette semaine, je crois que vous avez tous remarquez que la ponte continue encore nettement de diminuer. C’est le 19 juin qu’il y a eu présence du plus grand nombre de tortues géographiques cette semaine avec un total de 32 dont 28 femelles, 2 mâles/juvéniles ainsi que 2 juvéniles. De plus, il y a eu 286 faux nids ainsi que 31 nids prédatés, donc beaucoup moins que la semaine dernière. Pour ce qui est des nids qui ont été grillagé, il y en a eu beaucoup moins aussi, seulement 2 ont été grillagé. Alors, il y a maintenant un total de 13 nids protégés donc au minimum 130 œufs de protégés et au maximum 208. Les grillages tiennent toujours le coup, ce qui est très bon signe.

La tortue serpentine n’a pas été revue ainsi que la tortue géographique portant un émetteur, sans aucun doute, elles doivent avoir pondu. Cependant, notre ami le raton laveur, lui, a été aperçu souvent cette semaine, 4 fois en deux jours. Deux fois le 20 juin, à 19h15 ainsi qu’à 20h10, où il a prédaté 3 nids et deux fois le 21 juin, à 18h30 ainsi qu’à 20h30, où il n’a pas eu le temps de prédaté aucun nid comme je l’ai vu avant.

Le 20 et 21 juin, il a fait très chaud et nous avons pu constater que les tortues sont restées majoritairement dans l’eau durant cette chaleur et que ce n’est qu’en fin de soirée qu’elles sont sorties nombreuses afin de pondre, tout comme monsieur le raton.

Finalement, il ne reste qu’une semaine avant la fin de mon stage et donc avant la fin de ma présence aux cotés de vous et des tortues. J’en profite donc pour vous expliquer un peu la suite des choses après mon départ. Denis, mon superviseur, s’occupera de venir vérifier si les grillages posés tiennent le coup et il les solidifiera au besoin et cela environ deux fois par semaine jusqu’au mois d’août. Ensuite, au mois d’août, il enlèvera les grillages et il posera des piquets d’identification pour ne pas perdre l’emplacement des nids. À cette période de l’été, ne vous en faites pas les nids ne seront pas prédatés ou rarement et ce même s’ils n’auront plus de protection puisque l’odeur aura disparu avec l’eau qui aura ruisselé dessus durant les journées de pluies d’ici là. Les tortues qui écloront en automne pourront alors sortir par eux même au printemps, par contre si le grillage utilisé n’est pas enlevé, il ne sera pas possible pour eux d’en sortir. De plus, je vous remercie de m’avoir si bien accueillie et de continuer à si bien m’accueillir durant ma dernière semaine, vous êtes tous des personnes très gentilles, je vous en suis reconnaissante.

 

Alimentation des tortues géographiques 

 

La tortue géographique se nourrit principalement d’escargots sinon elle aime bien aussi les écrevisses, les insectes, les vers, les petits poissons et même les plantes.

Les prédateurs qu’elles redoutent

Comme vous l’avez remarqué, le raton laveur ainsi que d’autres mammifères comme la moufette rayée sont les rois dans le domaine de la prédation des œufs de tortues. Il arrive même que ceux-ci s’en prennent directement aux tortues, surtout les femelles lorsqu’elles s’éloignent de l’eau pour pondre. Également, la loutre de rivière fait de la tortue géographique une de ses nombreuses proies. Le pygargue à tête blanche, elle, préfère les plus petites tortues dont les mâles tandis que les hérons et les gros poissons, eux, ne s’en prennent qu’aux juvéniles.

Informations supplémentaires sur son mode de vie

La tortue géographique est une tortue diurne, c’est pourquoi d’ailleurs que les dénombrements se font entre 13h30 et 20h30 au club. On ne peut vous le cacher, elle adore se faire bronzer au soleil sur les rochers ou troncs d’arbres qui font surface de l’eau. La tortue géographique est très peureuse, aussitôt perturbée, elle va se cacher sous l’eau, exceptionnellement lors de la ponte, les femelles ne se soucient guère des perturbations les entourant.

 

 

Durant cette semaine, c’est le 28 juin qu’il y a eu présence du plus grand nombre de tortues géographiques avec un total de 34, dont 30 femelles et 4 mâles/juvéniles. De plus, il y a eu 190 faux nids ainsi que 58 nids prédatés. Pour ce qui est des nids qui ont été grillagé, il y en a eu seulement 3. Alors, il y a maintenant un total de 16 nids protégés donc au minimum 160 œufs de protégés et au maximum 256. Les grillages sont tenaces, ce qui est parfait !

La fin de semaine de la fête nationale a sans doute été une très belle période de ponte pour nos copines puisqu’il a fait très beau et chaud, mais je ne peux pas être toujours présente c’est pourquoi il y a eu beaucoup de nids prédatés à mon retour mardi.

J’ai revue la tortue portant un émetteur et j’ai essayé deux fois de le lui enlever alors qu’elle essayait de creuser un nid sous la ligne des hautes eaux mais sans succès, dès qu’elle me voyait arriver elle se jetait à l’eau! De plus, M. René et sa femme m’ont transmis qu’il y en aurait une autre toujours avec un émetteur mais celle-ci détient encore l’antenne. Je remercie beaucoup c’est deux gentilles personnes pour cette information ainsi que pour avoir grillagé le nid #18 près de la capitainerie, la fin de semaine de la fête nationale. Malheureusement, il ne sera guère possible d’enlever ces émetteurs aux tortues auxquelles ils en restent, excepté si Denis est là au bon moment.

Comme c’était ma dernière semaine, je vous remercie encore de m’avoir si bien accueillie durant mes cinq supers et fantastiques semaines de stages. J’ai trouvé cela fort agréable d’effectuer ce stage en votre compagnie, vous êtes tous des personnes très aimables. De plus, j’espère vous avoir informé un peu plus sur les tortues avec qui vous cohabités et j’espère vous avoir donné le goût aussi d’y prêter attention afin qu’elles ne disparaissent de nos vies! 🙂

MERCI À VOUS

2013

Mme Tortue 2013

Bonjour,

Je m’appelle Amélie, comme plusieurs d’entre vous doivent déjà l’avoir remarqué, je suis la nouvelle Madame tortue de cet été! Je viens tout juste de terminer ma technique en bioécologie au Cégep de Saint-Laurent. C’est un programme axé sur l’environnement, la faune et la flore d’ici. À la fin de ma technique, j’ai la possibilité de faire un stage dans mon domaine. Alors, j’ai décidé de faire le mien en liens avec l’herpétologie, soit en participant au plan provincial du rétablissement de la tortue géographique sur l’île de Montréal, supervisé par M. Denis Fournier, que plusieurs d’entre vous connaissent, peut-être déjà! Cette tortue est une espèce vulnérable et très sensible à l’activité humaine, alors il est de notre ressort de rétablir la population de celle-ci.

En tant que Mme tortue, pendant 5 semaines, je vais dénombrer les tortues géographiques qu’il est possible d’observer au Club de voile de Senneville. Je vais aussi dénombrer les faux nids, qui sont des trous d’une dizaines de centimètres que les tortues femelles creusent pour tester la température, l’humidité et le substrat du sol. Je vais aussi protéger les nids en installant des grillages marqué d’un ruban bleu avec un numéro, alors si vous voyez un ruban bleu éviter le s’il vous plaît! Un sol compacté n’est pas optimale pour les œufs de tortues. Finalement, je vais aussi dénombrer les nids prédatés, alors si vous voyez un trou entouré de coquilles ne les toucher pas s’il vous plaît! Je vais les ramasser lors de ma tournée, tout comme les faux nids que je vais refermer au même moment.

Cette semaine, du 10 juin au 14 juin 2013, malgré le mauvais temps constant, la journée du 14 juin a été celle ou il y a eu le plus de tortues, soit 65 femelles et 10 mâles ou femelles juvéniles. En fait, il est impossible de faire la différence, puisque le mâle est deux fois plus petit que la femelle adulte, mais il est de la même taille que la femelle juvénile. Il y a eu plusieurs journées fraîches tout au long de la semaine alors les tortues ne sortaient pas en début de soirée car l’eau était plus chaude que l’air. Certains d’entre vous ont peut-être remarqués les clous marqués de ruban bleu, ce sont des nids de l’année passée, ils seront éventuellement retirés. À cause du niveau d’eau élevé, la ponte des tortues a été retardée d’environ une semaine. Or, le premier nid a été grillagé le 13 juin. Alors c’est un départ pour l’été! Au total, cette semaine, plusieurs faux nids ont été dénombré et 3 nids prédatés. Alors, gardez l’œil ouvert, le temps de la ponte ne devrait pas tarder à débuter!

Je vous remercie de votre collaboration!

Bonne semaine

Amélie (Madame tortue)

Semaine du 17 juin 2013

Bonjour,

Finalement, on a réussi à avoir une semaine complète sans pluie! Qui l’eût cru! D’ailleurs, grâce à cette superbe semaine le niveau d’eau à, lui aussi, baissé finalement. Sans grand étonnement, nous ne sommes pas les seuls à avoir profité de ce beau temps et de cette chaleur tant attendue! Nos amies les tortues ont aussi profité de la chaleur pour se prélasser sous le soleil qui est une ressource très importante pour elles, car le soleil renforce la coquille de leurs œufs.

Malheureusement cette semaine, il y a eu une douzaine de nids qui ont été prédatés, dont deux qui étaient grillagés. Cependant, 5 autres nids ont pu être grillagés, lors de cette belle semaine. Attention le nid #7 est à la gauche de la capitainerie, alors gardez l’œil ouvert! Dorénavant, une nouvelle méthode pour grillager les nids sera utilisée! Je vais mettre deux grillages superposés les uns sur les autres et je vais terminer en déposant une roche plate d’un assez gros volume sur ceux-ci. Le but étant d’empêcher les prédateurs, probablement des ratons laveurs, de défaire les grillages et les piquets de métal. Finalement, la journée où il y a eu le plus de tortues est le 18 juin avec une centaine de femelles et une vingtaine de mâles/femelles juvéniles.

En début de semaine, lors d’une de mes tournées, j’ai aperçu un vison d’Amérique qui courait à grande vitesse sur les biots de bois. Le vison d’Amérique est un mammifère de la famille des mustélidés, qui inclut la belette et l’hermine. Le vison à un corps allongé avec des pattes plutôt courtes et robustes, une tête plate et un museau pointu. Son pelage est de couleur brun. C’est un carnivore opportuniste, c’est-à-dire, qu’il mange tout ce qu’il trouve. Or, il apprécie bien les poissons et parfois il peut aussi vouloir se régaler des œufs de tortues géographiques et de la tortue elle-même! Bref, si vous avez la chance de le revoir n’hésitez pas à nous en faire part! C’est un prédateur de tortues alors ces informations nous sont très importantes!

Sur ce, je vous souhaite bonne fin de semaine et bonne fête nationale!

Amélie Lalonde

(Mme Tortue)

Message de la semaine du 24 juin

Bonjour!

J\’espère que vous avez passé une belle fête nationale sous la pluie et les éclairs! En tout cas ce n’est pas ce qui a ralentit nos amies les tortues!

Lorsque je suis venu faire mon premier tour après cette grande fin de semaine, j’ai constaté qu’il y avait beaucoup de nids prédatés, on parle de plus d’une trentaine. Ce nombre est bien trop élevé! Or, malgré cela, quand j\’ai fait ma tournée du mardi matin j\’ai pu constater, fort heureusement, que les grillages que j’avais installé le vendredi ont tenu le coup! Ces nids ont été grillagés avec la nouvelle technique qui consistait à mettre plusieurs grosses roches sur le dessus du grillage double. Ainsi, le vrai test de ces grillages c’est passé lors de la nuit du 25 au 26 juin, car durant la fin de semaine précédente, les ratons avaient la chance de se nourrir de plusieurs nids qui n’avaient pas été grillagés. Ainsi j\’ai remarqué que le mercredi matin, soit le 26 juin, seulement 2 nids sur 12 ont été prédatés. Malheureusement, jeudi après-midi lors de ma première tournée, il y eut encore deux autres nids grillagés qui ont été prédatés. Puisque les ratons et le vison peuvent creuser des tunnels, ce vendredi, des grillages plus grands ont été installés sur deux nouveaux nids protégés. Espérons qu’après cette grande fin de semaine nos amis les ratons n’auront pas eu raison des nids! Cette semaine il y a eu des faux nids à profusion, soit plus de 50! La journée la plus lucrative à été le mardi avec une trentaine de tortues femelles et 10 tortues mâles ou femelles juvéniles qui ce sont fait chauffer sous le soleil!

Au total, il y a 9 nids qui sont grillagés! Cette semaine était une des plus chargée, alors regardez bien ou vous allez! Il y a des nids et des roches partout! Il y en a même un dans le stationnement près de la remise!

Ne vous étonnez pas de voir de nouveaux formats de cages! Le 27 juin nous avons commencé à installer des cages expérimentales! Nous croisons les doigts pour avoir des résultats positifs!

Je vous souhaite bonne fête du Canada! Et profitez au maximum du soleil!

Amélie (Mme tortue)

Message de la semaine du 1er juillet

Bonjour!

J\’espère que vous avez une fois de plus profiter de cette longue et belle fin de semaine!

Alors débutons notre décompte hebdomadaire! Cette semaine, il y a eu une nette diminution du nombre de tortues, de faux nids et de nids pondus. De ce fait, je n\’ai grillagés que 4 nids, ce qui augmente ainsi le nombre à 13! Bonne nouvelle, tous les nids protégés avec les grillages plus grands et les cages ont tenus le coup! Alors, cette semaine, aucun nid grillagé n’a été prédaté! Quant aux faux nids, il y en a eu plus d’une vingtaine et pour les nids prédatés le nombre s\’élève à 28. La journée ayant eu le plus grand nombre de tortues se faisant chauffer sous le soleil a été le 2 juillet, soit le mardi, avec une trentaine de tortues femelles et plus d’une dizaine de mâles ou femelles juvéniles.

Concernant les nids grillagés, il y en a plusieurs qui se retrouvent dans le chemin de la jetée. Ne vous inquiétez pas, les roches seront bientôt retirer! Lors de la ponte, les tortues sécrètent un liquide amniotique pour ramollir la terre lorsqu’elles creusent leurs nids, que ce soit un faux ou un véritable nid. Or, cette odeur rend ceux-ci détectables pour les prédateurs. Lorsque cette odeur sera dissipée, il ne sera plus possible pour eux de localiser les nids.

Si vous désirez avoir plus amples informations sur la tortue géographique vous pouvez consultez cet article très intéressant de TVA nouvelles! http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/montreal/archives/2013/06/20130603-102943.html#.UdNaQlfTlRc.twitter

Bonne semaine tout le monde!

Amélie (Mme tortue)

Notre stagiaire nous quitte déjà.

Bonjour!

Cette semaine aucun nid n’a été grillagé, car le nombre de tortues femelles a considérablement diminué. Il ne reste que les retardataires! Lundi matin, deux nids protégés ont été prédatés. Les prédateurs auront été tenaces jusqu`à la toute fin! Ainsi le nombre total de nids grillagés est de 11!   Donc plus de 100 bébés sauvés! La journée où il y a eu le plus de tortues est le lundi le 8 juillet avec 20 femelles et 5 mâles ou femelles juvéniles, un nombre très faible comparé aux autres semaines. Le nombre de tortues diminue rapidement, car lorsqu`elles ont terminé de pondre elles se dirigent déjà vers leur site d’hibernation. Quant aux faux nids il y en a eu plus d’une trentaine et une dizaine de nids prédatés.

Comme mentionné dans mon blogue précédent, tous les grillages vont être retirés à la fin du mois! Ainsi les bébés vont éclorent vers la fin du mois d’août et rester en état de dormance pour ne sortir qu’au printemps suivant. Or, il y a une hypothèse voulant que les bébés dans les nids qui sont sous la ligne des hautes eaux sortent du nid à l`automne. Cependant, il reste beaucoup d`études pour comprendre celle-ci!

Voilà! C’est ce qui met fin à mon stage de 5 semaines!

Ce blogue est donc malheureusement le dernier! Et oui, mon stage de cinq semaines est déjà terminé. Je vous remercie sincèrement de m’avoir accueillie d’autant plus que j`ai adoré vous faire découvrir le monde fascinant des tortues!

Merci pour tout! Je vous souhaite un bon été et beaucoup de voile!

Amélie (Mme Tortue)