La construction de la capitainerie

Après l’acquisition d’une flotte de bateaux, le besoin le plus urgent à combler devenait la construction d’une capitainerie. Lors d’une réunion tenue à la maison de Bart Morgan au cours du printemps 1961, Bill Dawson obtenait les plans d’une capitainerie très originale. L’architecte responsable de ces plans était Victor Prus qui, encore jusqu’à tout récemment, résidait au 108 chemin Senneville. Il a été l’un des dessinateurs du «Festival of Britain Hall» à Londres construit juste après la Seconde Guerre mondiale.

Il s’intéressait alors à la théorie des carcasses minces, telle que proposée par un scientifique russe. Dans les années cinquante, Victor Prus expérimenta avec les paraboloïdes hyperboliques et, en 1956, il dessina la plus grande structure de ce type au monde, au bénéfice d’un club de loisirs aux États-Unis. Bill Dawson, séduit par ce concept nouveau, proposa de construire une capitainerie de ce genre pour 10 000$. Parmi les membres plus conservateurs du club, on favorisait un édifice plus conventionnel quoique visuellement frappant; ces tenants d’un édifice plus pratique ne furent pas assez convaincants et Bill Dawson fut autorisé à construire un édifice triangulaire surmonté d’un toit à forme paraboloïde hyperbolique. Il fallait le surélever, car, avant la construction du barrage de Carillon, le terrain était souvent inondé sous quelques pieds d’eau au cours des crues printanières. Le recouvrement blanc du toit nous a été donné par DuPont Canada grâce aux bons offices de Richard Walker. Il s’agit d’une sous-couche de « Nylon Tricot Fabric », d’une couche de «Dupont Hypalon », et d’un revêtement de « «Néoprène». Le tout a très bien résisté aux intempéries jusqu’à nos jours.

La nouvelle capitainerie a été inaugurée par le maire de Senneville, Eddie Smallhorn, en septembre 1961, et nous a bien servis depuis.

2016-04-22T09:02:37+00:00 novembre 4th, 2015|Historique|0 Comments