Le site du Club de Senneville est une havre de paix permettant aux membres de se ressourcer en pleine nature sans même sortir de l’île de Montréal.

Les niveaux d’eau du lac des deux-montagnes

Le passé garant de l’avenir

Un brin d’espoir

Les niveaux d’eau du lac sont un perpétuel soucis des membres du Club. Il ne faut pas oublier que notre lac est en fait une rivière quelque peu élargie par la configuration géographique des lieux et que nous dépendons presque exclusivement du débit de la rivière des Outaouais. Cette importante rivière est harnachée de plusieurs barrages hydroélectriques qui procurent d’importants bassins de rétention, ce qui tend à contrôler le débit qui nous arrive au lac. Certains diront que ces barrages sont surexploités causant des inondations printanières et des manques d’eau en saison estivale, mais en fait, elles sont surveillées pour assurer un débit régulier tout en maintenant des réserves de potentiel.

Inondations

D’après les statistiques établies par la Commission de Régulation de la Rivière des Outaouais, régie par l’Ontario et le Québec, il est démontré que nous avons subit, depuis les 45 dernières saisons, seulement 7 crues avec débordement causant des inondations importantes au mois de mai au lac des Deux Montagnes. Il faut cependant accepter le dérangement climatique qui nous a fait subir 4 de ces inondation ces dernières 15 années. Ces crues importantes sont maintenant espacées aux 4 ans au lieu des 6 ans auparavant, quoique 2 années consécutives ont eu lieu en 2008 et 2009. Espérons que ce sont l’exception qui confirme la règle. Il est possible de convenir que les 2 prochaines années ne seront pas une entrave à nos lancements printaniers.

Étiages excessifs

Étant en rivière, il est certain que l’on doit s’attendre à une certaine baisse de niveau du lac durant la saison estivale dû au plus faible débit de l’Outaouais. Les mois d’août et septembre avec des étiages importants comptent pour le tiers des années depuis 1964 causant 14 saisons difficiles. Les années où les bas niveaux ont connu des extrêmes gênant pour la navigation durant une longue période sont au nombre de 8 durant ces mêmes 45 dernières années, ce qui n’est pas si mal après tout. Cependant, les occurrences qui étaient autrefois au 4 et 5 ans sont maintenant au 2 et 3 ans, d’après les statistiques qui rapportent que 5 de ces assèchements ont eu lieu depuis 1997, soit en 13 ans. Les plus importantes furent les années 1987, où le port à dû être inondé pour y circuler les voiliers pour la sortie, et l’année 2010, la pire de toutes, qui a immobilisé plusieurs de nos plus gros voiliers. Il faut aussi rappeler que les bonnes années furent ces même années pluvieuses dont tous les marins se sont plaints. En mettant la météo de notre bord, espérons que les années 2011 et 2012 seront plutôt pluvieuses, sauf aux week-ends.